Prélèvement à la source, nos conseils pour optimiser l’année blanche

AccueilBlogPrélèvement à la source, nos conseils pour optimiser l’année blanche

Le prélèvement à la source entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2019, les impôts seront alors prélevés directement sur les revenus perçus. Pour éviter une double imposition, un crédit d’impôts (CIMR) a été mis en place, il a pour vocation de venir rembourser l’impôt dû au titre de l’année 2018.

Voici nos conseils pour profiter de l’année blanche dégagée par le prélèvement à la source

En 2018, nous vous conseillons de privilégier les défiscalisations sous forme de crédit et réduction d’impôt qui conservent toute leur efficacité (Dispositif Pinel/Pinel Outre-Mer, emploi à domicile/ Dons/SOFICA/FIP…)

Vous bénéficiez ainsi du remboursement d’un impôt que vous ne payez pas !

Nous vous déconseillons les défiscalisations sous forme de déductions du revenu imposable : PERP, monuments historiques, rachat de trimestres…

Reporter les dépenses relatives aux monuments historiques en 2019 et en 2020 pour les autres opérations de déficit foncier (travaux par exemple).

Pour ceux qui bénéficient d’un système d’intéressement ou participation au sein de leur entreprise, privilégier le versement sur votre PEE pour éviter de générer des revenus exceptionnels.

Pour les gérants majoritaires : si les rémunérations octroyées en 2018 ont été supérieures à celles des 3 années antérieures, on veillera à ce qu’elles soient justifiées ou le cas échéant, à verser une ré numération en 2019 au moins équivalente. Nous vous conseillons de vous verser une rémunération 2018 égale à votre plus haute rémunération des trois dernières années.

Tous ces sujets sont particulièrement complexes. Consultez-nous pour un conseil personnalisé.

Prélèvement à la source : focus sur le déficit foncier

Faire du déficit foncier pendant l’année blanche peut, dans certain cas, vous permettre de déduire plus d’impôt que le montant dépensé dans vos travaux.

Pour éviter la perte sèche de déductibilité des travaux sur l’année blanche (dégagée par le prélèvement à la source), l’administration fiscale ré-incorpore 50% des travaux effectués en 2018 pour l’année  2019 créant ainsi un effet de levier sur la déductibilité des travaux.

exemple de travaux sur un immeuble ordinaire

  • Revenus fonciers imposables (nets de charges) : 9 300 €
  • Travaux réalisés en 2018 : 50 000 €
  • Montant déductible des revenus 2018: 9 300 € (à hauteur des revenus fonciers de 2018) + 10 700 € (déficit foncier imputable sur le revenu global)
    Soit une déduction de 20 000 € (cette déduction est néanmoins inutile puisque les revenus 2018 sont déjà effacés par le CIMR)
    Soit un déficit foncier reportable de 30 000 € (50 000 – 20 000)
  • Montant déductible des revenus 2019 et suivants : 25 000 € (50 % x 50 000) + 30 000 € (déficit foncier reportable)
  • Le total des déductions fiscalement efficaces est de 55 000 € (pour 50 000 € de travaux)

 

ATTENTION : cela est un exemple, consultez-nous pour connaitre votre situation.

Tous les types de travaux ne donnent pas accès a cet avantage, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller pour élaborer la stratégie adéquate.

Laisser un commentaire

Abonnez vous à nos articles :

* Champs obligatoire