Célibataire sans enfant : qui hérite ?

AccueilBlogCélibataire sans enfant : qui hérite ?

Vous n’êtes pas mariés et vous n’avez pas d’enfant, savez-vous qui sont vos héritiers ? Voici quelques règles pour prendre les bonnes dispositions pour léguer votre patrimoine aux personnes de votre choix :

 

Si vous ne prenez aucune disposition : qui sont vos héritiers légaux?

Si une personne non mariée, qu’elle soit veuve, divorcée ou célibataire et sans enfants n’a pas établi de testament, la loi désigne les héritiers et la proportion de la succession qu’ils vont recevoir.

Vous avez des frères et sœurs :

Si vos deux parents sont en vie, ils recueillent chacun un quart de la succession. Vos frères et sœurs se partagent la moitié restante.

Si vous avez un seul parent, vos frères et sœurs devront se partager les ¾ de la succession.

En l’absence de parents, ils bénéficient de toute la succession qu’ils se partagent par parts égales.

En cas de décès d’un frère ou d’une sœur, ce sont vos neveux et nièces qui seront héritiers.

Vous êtes enfant unique :

Si vous avez un ou deux parents vivants, ils se partagent la totalité de la succession. Si vos parents sont décédés, vos biens devront être répartis entre la branche maternelle et paternelle.

 

Un célibataire sans enfant peut-il choisir qui recueillera sa succession ?

Les personnes non mariées et sans enfant ont une grande liberté pour organiser leur succession et désigner les personnes qui hériteront de leur patrimoine. Pour cela, il est conseillé de rédiger un testament olographe ou authentique afin de léguer les biens comme bon leur semble et privilégier les personnes souhaitées. Pour être valable, un testament doit être daté, signé et écrit de sa main. Il est conseillé de le faire enregistrer par votre notaire au fichier des testaments.

 

Mes héritiers paieront-ils des droits de succession ?

La fiscalité successorale est lourde lorsque le bénéficiaire est un frère ou une sœur, un neveu, nièce ou un parent plus éloigné. Si vous gratifiez une personne étrangère à votre famille (concubin, concubine, amis…) elle devra acquitter une fiscalité de 60 % des biens reçus après un abattement de 1594 €. Les legs à une association sont quant à eux exonérés de droits de succession.  Vous pouvez envisagez de recourir à l’assurance-vie à la fiscalité plus avantageuse pour diminuer l’impact de la fiscalité successorale pour vos proches.

 

Laisser un commentaire

Abonnez vous à nos articles :

* Champs obligatoire